Biographie

Mikaël Hirsch est un écrivain français, né à Paris en 1973.

En conclusion d’études universitaires de lettres et de langue, il consacre une monographie à l’œuvre de John Fante, puis rédige sous la direction de Pierre-Yves Pétillon, un DEA sur le mythe du grand roman américain.

Devenu libraire, il publie plusieurs nouvelles dans des revues (Confluences Méditerranée, Le Magazine littéraire, Standard Magazine…), ainsi que des articles traitant de littérature américaine, ou de Louis Ferdinand Céline. De mai 2006 à octobre 2010, il anime également un blog. Ce journal littéraire, en marge de son travail d’écriture, est aussi dédié au monde de l’édition.

Ses trois premières fictions explorent les thèmes du double et de l’identité en faisant la part belle au voyage et à la figure obsédante de la bâtardise, qu’elle soit ethnique, sociale ou stylistique. Depuis 2012, ses romans semblent plutôt s’orienter vers l’étude des communautés fermées et des utopies sociales. Si ses livres ne se ressemblent pas, ils soulignent toujours les rapports de force entre le groupe et l’individu en empruntant à divers genres, pseudo-confession, fresque historique, réalisme social ou récit d’aventure.

Son premier ouvrage, Chants de partout et d’ailleurs (Librairie-Galerie Racine), est un recueil de poèmes paru en 2000. Viendront ensuite six romans, OMICRoN (Ramsay) en 2007, Le Réprouvé (L’Éditeur) en 2010, qui fut particulièrement remarqué par la critique, sélectionné pour le prix Femina et repris en poche (J’ai lu), Les Successions (l’Éditeur) en septembre 2011, Avec les hommes (Intervalles) paru en septembre 2013, sélectionné à son tour pour le prix Femina, Notre Dame des vents, paru en août 2014 (Intervalles), sélectionné pour le prix littéraire des grandes écoles et qui figure désormais dans la bibliothèque de Port-aux-Français aux îles Kerguelen et enfin, Libertalia (Intervalles), en août 2015.

Son septième roman, intitulé Quand nous étions des ombres, est paru fin août 2016 aux éditions Intervalles.

Il est aussi le co-auteur (avec Émile Brami) d’une pièce de théâtre intitulée Faire bouillir le chevreau dans le lait de sa mère, composée à partir de textes de Marcel Proust et Louis Ferdinand Céline, mise en scène par Ivan Morane pour le festival d’Avignon 2012,  jouée à Moscou le 6 octobre 2014, puis reprise à Paris, au théâtre des Déchargeurs en janvier et février 2015 .

 

Copyright portrait : Vincent Angouillant.

Conception et administration de ce site : Antoine Fournier.

(Sauf mention contraire, tous les textes, photos de la galerie et fonds d’écran sur ce site sont de l’auteur et ne peuvent être utilisés sans son autorisation)